Vérité, fausses nouvelles et journalisme de paix.

Rome (Italie). Le 24 janvier 2018, a été publié le texte du message du Pape François pour la 52e Journée Mondiale de la Communication Sociale sur le thème « La vérité vous fera libre » Jn. 8, 32). Fausses nouvelles et journalisme de paix

Le Pape montre du doigt les “fausses nouvelles”, les nouvelles fausses et infondées “basées sur des données inexistantes ou déformées qui visent à tromper et même à manipuler le lecteur », des nouvelles qui portent à une déformation instrumentalisée des faits et contribuent à créer une désinformation. « Le drame de la désinformation est le discrédit de l’autre, sa représentation comme ennemi, jusqu’à la diabolisation qui peut fomenter des conflits ».

Face à la propagation de fausses informations, le Pape François propose un modèle de journalisme qui vise la vérité. « La communication – écrit-il – devient un lieu pour exprimer sa propre responsabilité dans la recherche de la vérité et dans la construction du bien. Celui qui est particulièrement impliqué c’est le journaliste, gardien des nouvelles. Il ne fait pas seulement un métier mais exerce une véritable mission. Il a le devoir de rappeler qu’au cœur de l’actualité il n’y a pas seulement la rapidité à la faire connaître et l’impact sur le public, mais les personnes. Pour cela l’exactitude des sources et la protection des communications sont de véritables processus de développement du bien qui engendre la confiance et ouvre des chemins de la communion et de la paix ».

“Promouvoir un journalisme de paix, je ne veux pas dire un journalisme « bonasse », qui nie l’existence de problèmes graves et assume un ton douceâtre. Mais un journalisme opposé à la fausseté, aux slogans à effets et à déclarations tonitruants ; un journalisme qui se comprend comme un service à toute personne, spécialement à celles qui n’ont pas de voix ; un journalisme engagé à indiquer des solutions alternatives à la spirale de la clameur et de la violence verbale ».

C’est le cœur du message qui nous stimule à explorer les sentiers de la vérité, à dépasser les logiques d’une information souvent trompeuse et à se réapproprier de notre humanité. Les nouvelles fausses et le journalisme de paix c’est un appel à dégonder la logique de la mauvaise nouvelle qui souvent oriente les opinions et les actions vers des horizons de conflits et de négation de la dignité de la personne.

Avec ce message le Pape nous exhorte à être nous-mêmes les premiers médias à attester les catégories qui nous rendent femmes et hommes libres et responsables. « La vérité ne se gagne pas vraiment quand elle nous est imposée comme quelque chose d’intrinsèque et d’impersonnel ; elle jaillit au contraire de relations libres entre les personnes, dans l’écoute réciproque ».

La libération de la fausseté et la recherche de la relation sont « les deux ingrédients qui ne doivent pas manquer parce que nos paroles et nos gestes sont vrais, authentiques, fiables. Pour discerner la vérité il faut veiller à ce qui favorise la communion et encourage le bien et ce qui, au contraire, tend à isoler, diviser et opposer ».

Comme communauté éducative nous sommes appelés à nous éduquer et à éduquer à bien communiquer. Dire la vérité en effet c’est possible même à l’époque des fausses nouvelles.

La Journée Mondiale .des Communications Sociales, l’unique journée mondiale fixée par le Concile Vatican II (« Inter Mirifica », 1963), « est célébrée dans beaucoup de pays du monde sur la recommandation des Evêques, le dimanche qui précède la Pentecôte, en 2018 ce sera le 13 mai.

Le texte intégral du message en différentes langues

Ecris un commentaire
Il n'y a pas de commentaires pour cette entrée.
Soyez le premier à laisser un commentaire!

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.