Bons chrétiens et honnêtes citoyens dans le contexte actuel

Turin (Italie). La seconde Journée de Spiritualité de la Famille Salésienne, qui se déroule au Valdocco du 16 au 19 janvier 2020, voit environ 400 participants engagés dans l’approfondissement du thème : « Bons chrétiens et honnêtes citoyens dans le contexte actuel ».

Au début des travaux, après la prière dans le Grand Théâtre du Valdocco, guidée par la Fraternité Contemplative Salésienne, Marie de Nazareth, l’intervention de Mgr Sebastità Taltavull Anglada, Evêque de Mallorca (Espagne) « Bons chrétiens dans le contexte socio-culturel-religieux actuel ». A partir de quelques versets évangéliques sur la « bonté » dans l’Evangile, Mgr Taltavull a mis en lumière comment l’actuel contexte socio-culturel-religieux nous offre de grandes opportunités, en ce que c’est une soif chez beaucoup de personnes qui apparemment ne croient pas. Dans cette situation, la valeur du témoignage est décisive : « A travers le témoignage, sans paroles, les gens se posent des questions. Un témoignage est déjà une évangélisation silencieuse ». Puis on approfondit le thème dans les travaux de groupes. La matinée se termine par la Célébration Eucharistique dans la Basilique de Marie Auxiliatrice célébrée par Mgr Taltavull et concélébrée par le Recteur Majeur des Salésiens de Don Bosco, Angel Fernandez Artime et par tous les prêtres qui participaient à ces Journées.

L’animation des Novices Salésiens a rendu mouvementée et joyeuse la reprise des activités de l’après midi. Puis ce fut le temps accordé à Mgr Sebastità Taltavull pour répondre avec une grande simplicité, aux questions formulées dans les travaux de groupes du matin.

Le premier témoignage de la Syrie fut d’abord donné par don Pier Jabloyan, directeur de l’œuvre Salésienne de Don Bosco d’Alep et par deux jeunes Salésiens Coopérateurs, Sally de l’Oratoire de Damas et Cesar de l’Oratoire d’Alep.

Sally Abou Jamra travaille dans une radio nationale, dans un contexte où ses collègues ne suivent pas une religion ou ont une faible approche de la foi. Si au début de son travail Sally se sent la risée à cause de sa foi, petit à petit les demandes de ses collègues sont de plus en plus nombreuses et en présentant un programme à la radio qui parle de la situation dans le monde, Sally a demandé et obtenu la permission de faire la dernière intervention sur la mort et la résurrection de Jésus Christ. Ainsi il a pu être un témoin cohérent de sa foi dans un contexte, celui du Moyen Orient, dans lequel il n’est pas facile de parler de Dieu.

Cesar Ward est un étudiant en sixième année de médecine et en même temps, fait un service d’animation, d’accompagnement, de catéchisme et travaille dans le secteur de la communication à l’oratoire. Au début de la guerre ses frères sont partis hors du Pays laissant le poids de la famille sur les épaules de Cesar : « J’avais deux possibilités : ou rester à la maison avec toute la peur, sans rien faire ou m’ouvrir, ou vivre ma vie normalement et m’adapter à tout ce qui se passerait. J’ai choisi la seconde possibilité et j’ai décidé de vivre avec toutes les petites choses que je trouvai dans le quotidien. Je commençais à faire attention à mon langage, employant des petits mots de respect et de gentillesse. J’ai vu que ces paroles suffisaient pour éclairer une personne. Et petit à petit j’ai entendu les gens qui disaient : « Celui-ci est un chrétien ». Pour moi ce fut une grande chose de porter témoignage de cette façon ».

Avec un film réalisé par les Missions Don Bosco, don Pier Jabloyan a montré aux participants la réalité de l’Œuvre des Salésiens de don Bosco d’Alep et l’a commenté ainsi : « Quand tous parlaient de morts, nous nous parlions de vie, d’espérance. Ici le défi est d’être de bons chrétiens en temps de guerre. Comme salésiens nous travaillons d’abord à former des « hommes bons » qui restent humains. Tant de jeunes ont perdu la foi, mais tant aussi l’ont ravivée. Dans cette guerre nous sommes sûrs d’une chose : Ce qui sauve nos jeunes c’est la communauté. Un bon chrétien ne peut pas être un bon chrétien tout seul. Quand nous avons le cœur en paix avec le Seigneur nous pouvons être de bons chrétiens. Nos jeunes doivent pouvoir vivre bien en ce temps et dans l’éternité. C’est la préoccupation de la Famille Salésienne à Alep ».

Sur la scène , pour le second témoignage, les Salésiens Coopérateurs, Italo Cinaletti et Andrea Zapparoli, avec des Anciens Elèves SDB, Giovanni Costanza et Valerio Martorana, ont parlé de la Formation à l’engagement civique. Les Anciens Elèves SDB avec les Salésiens Coopérateurs, qui avaient déjà l’expérience du Mouvement «Onesti Cittadini » né en 2013, ont présenté l’Ecole de formation à l’engagement social et politique « Alberto Marvelli », en voie de réalisation, pour éduquer les jeunes à être de bons chrétiens et d’honnêtes citoyens.

La deuxième partie du travail de groupe a terminé par un après midi intense et après le repas, les participants se sont retrouvés dans la Basilique de Marie Auxiliatrice pour la veillée de prières animée par les clercs Salésiens de l’Institut International Don Bosco de Turin – Crocetta.

FlickrFMA

Ecris un commentaire
Il n'y a pas de commentaires pour cette entrée.
Soyez le premier à laisser un commentaire!

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.