Chère, vieille Europe

Chère, vieille Europe Dans ce premier week-end de juin,  les nations,  membre de l'Union Européenne,  sont appelées à choisir leurs représentants au Parlement Européen.  L'objectif des pères fondateurs de l'Union était celui de croître ensemble en garantissant un futur de paix, de solidarité et de justice. On a la sensation cependant qu'aujourd'hui,  les citoyens européens ne sentent plus très fortement,  leur appartenance à cette entité supranationale.  Les avantages concrets que chacun peuvent expérimenter dans le quotidien, sont nombreux;  comme la possibilité de se rendre dans les autres nations sans passeport, la possibilité de faire reconnaître de manière équivalente leurs études universitaires, l'échange libre de marchandises,  etc.
Pourtant ce qui menace le plus ces élections, c’est l'absentéisme.

Le parlement européen est une des institutions principales de l'Union européenne et qui représente directement les citoyens européens par les députés élus à suffrage universel direct.  Ensemble, les électeurs et les candidats doivent chercher à exercer leurs droits et leurs devoirs, avec des moyens qui mènent à la liberté, à la justice et à la solidarité.  Les électeurs sont appelés à vérifier que les propositions des groupes politiques et des candidats soient en accord avec ces valeurs.
Le Parlement Européen,  en effet,   a une position stratégique pour promouvoir et observer la réalisation d'initiatives et de programmes qui dégagent une meilleure compréhension réciproque, le dialogue, la paix et la stabilité.

Mons. Gérard Defois, président de « Justice et Paix en Europe », soutient que les prochaines élections européennes représentent un rendez-vous important pour le continent ;  il s’agit de soutenir l'intention originaire des pères fondateurs de l'Europe pour assurer un avenir solide de paix à travers la solidarité et la justice.  « Pour ceci - continue Mons Defois - se retenir d'aller voter  signifie donner la priorité à l'individualisme par rapport à la justice et à la fraternité ».
Il est important de tenir présent que les principales tâches de Parlement Européen sont celles de la tutelle des droits humains, du soutien de ceux qui ont subi des dommages majeurs dans la crise économique actuelle, de la réglementation  juste en matière d'asile et d'immigration qui garantissent un traitement équitable et humain aux réfugiés, aux demandeurs d’asile, aux migrants.
Souvent cependant les informations dans les divers pays appartenant à l'Union s’arrêtent sur ce que la politique fait au niveau national.  Parfois on a l'impression que le parlement européen soit seulement une matière des études scolaires, mais qu'il pèse peu sur la vie concrète des citoyens.  Sur cet aspect,  les Européens doivent croître dans leur sens d'appartenance et de participation, et ainsi, nous aussi,  fma, devons croître, même si nous sommes déjà habituées d’une certaine façon, à raisonner en termes de continents, lorsque nous nous référons par exemple aux Conférences Inter provinciales.
Ceci est un devoir, qu’en tant qu’éducatrices,  nous devons prendre en considération parce que la construction d'une Europe solidaire, juste et en paix, peut être une opportunité pour les nouvelles générations, qui voient leur futur toujours plus précaire.  Et ceci vaut même pour les autres contextes nationaux et continentaux.
Quelques valeurs constitutives de l'Union Européenne sont : l'inviolabilité de la dignité humaine, la valeur de la personne, la liberté, le pluralisme, la démocratie parlementaire et sociale et l'économie du marché.
Mons. Diarmuid  Martin dans une interview  présentée  à SIR (Service d'Information Religieuse) dit : « Dans l'actuelle situation,  la meilleure façon de s’opposer à ceux qui minimiseraient la contribution chrétienne à l'Europe n’est  pas de se plaindre ou de crier en raison de l'absence de cette référence, mais de témoigner significativement  pour l'Europe d’aujourd’hui de ces valeurs éternelles qui ont toujours été à la racine de la contribution chrétienne ».  Il ne faut pas non plus réduire le christianisme à une pure idéologie.

Alcide De Gasperi, un des pères fondateurs de la République Italienne et protagoniste des premiers pas pour la création de l'Union Européenne, peu après la seconde guerre mondiale,  disait : « L'union est le fruit d'un consentement mutuel et ce consentement mutuel est par nature,  libre et lent.  En tant qu’italien et chrétien,  je n’hésiterais pas à dire que dans sa partie la meilleure, l'Europe est déjà unie, elle est une. Il existe une histoire européenne comme il existe une civilisation Européenne ».
Aux jeunes générations qui n'ont pas vécu la haine de la guerre, incombe le devoir de bâtir. Mais pour ce faire, il est nécessaire de participer.

Ecris un commentaire
Il n'y a pas de commentaires pour cette entrée.
Soyez le premier à laisser un commentaire!

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.