Les deux ans du Pape François

Les deux ans du Pape François Rome (Italie). Le 13 mars 2013 Jorge Mario Bergoglio montait sur le trône pontifical avec le nom de François, le pauvre d’Assise : « Frères et sœurs, bonsoir ! Vous savez que le devoir du Conclave est de donner un évêque à Rome. Il semble que mes frères cardinaux soient allés à le chercher presque au bout du monde… Et maintenant nous commençons ce chemin : évêque et peuple. Ce chemin de l’Eglise de Rome qui est celle qui préside à la charité de toutes les Eglises. Un chemin de fraternité, d’amour, de confiance entre nous… » Le deuxième anniversaire du Pape pour Jorge Mario Bergoglio, le premier pape provenant de l’Amérique Latine, le premier Pontife de l’ordre de la Compagnie de Jésus, les Jésuites. Depuis le premier jour de son élection, il y a deux ans, sa popularité n’a jamais cessé de grandir, comme aussi l’amour des personnes envers un Pape qui parle de façon simple de pauvreté et qui chaque dimanche à la fenêtre du Vatican propose ses remèdes au manque de foi, comme la fameuse ‘’miséricorde’’. Les médias n’arrêtent pas d’informer le public sur un Pape qui fait évènement, même sur de petites choses de la vie quotidienne. Pour comprendre la complexité de son programme, entre communication et ‘’politique’’ de l’Eglise, il suffit de rappeler le texte de l’exhortation apostolique Evangelii gaudium, qui va de la réforme financière éthique à l’insertion sociale et la ‘’conversion’’ de l’Eglise pour la rendre plus près des gens. C’est justement cette proximité qui a été la réforme la première et la plus réussie du Pontificat, en inventant une nouvelle manière de parler aux fidèles, ou mieux de dialoguer avec eux. Il a même inventé un nouveau vocabulaire moitié italien moitié espagnol, bien loin des règles de la forme latine et avec ses imprécisions, beaucoup plus familier. Voilà des termes comme ‘’se mafioser’’, se référant à la Mafia Capitale, ou ‘’orfanezza’’, de ‘’giocattolizzare’’ à ‘’nostalgiare’’. Des mots nouveaux qui n’ont pas besoin d’être expliqués ou traduits par ce qu’ils se transforment de suite en images devant les yeux des fidèles. Et surtout des mots qui donnent le sens de l’action. Et sa communication n’est pas faite seulement de paroles. Presque chaque jour, le Pape donne aux fidèles de voir des gestes inhabituels, des phrases surprenantes, des exemples originaux, à commencer par ses salutations : « Bonjour ! Bon repas ! Au revoir ! N’oubliez pas de prier pour moi !». Un langage immédiat et compréhensible qui se reflète aussi dans le choix d’utiliser un moyen nouveau et inhabituel pour un Pape : twitter. Neuf comptes linguistiques, 10 millions d’internautes qui suivent @Pontifex. Combien de sites créés pour prier pour la Syrie, les chrétiens, la paix… Mais au-delà des discours et de sa façon directe de s’adresser aux foules, dans les Audiences générales comme l’Angélus du dimanche, dans des messages écrits comme dans ses paroles au cours de ses visites aux « périphéries existentielles » - comme il aime les définir - , Bergoglio a été jusqu’à présent capable d’actions concrètes et de déclarations dont les paroles ont été suivies de faits. Comme en s’embrassant à trois devant le Mur des lamentations à Jérusalem avec le Rabin et le chef musulman, un moment symbolique fondamental dans le dialogue pour la paix pendant son voyage en Terre Sainte, à un moment absolument crucial pour la paix dans le monde. Quand le Pape François, à la fin de la grande cérémonie dans la cathédrale orthodoxe d’Istanbul à Constantinople, demande la bénédiction du patriarche et s’incline devant lui, c’est un moment de fraternité et de dialogue œcuménique, un grand désir de l’unité des chrétiens. Et puis dans son voyage aux Philippines où des foules de personnes pleines d’affection, désireuses de voir le Pape, de l’aimer, de manifester leur enthousiasme, présentent les enfants et les nouvelles générations de l’Asie et de l’humanité. L’Eglise de François, comme l’appellent les fidèles, est une Eglise non plus spectatrice mais protagoniste active sur la scène diplomatique internationale. Avec l’objectif déclaré de promouvoir, en partant des motivations religieuses, les valeurs du dialogue, de la paix, de la défense de la dignité humaine, en particulier des plus pauvres. C’est avec un rôle opérationnel qui n’est pas seulement celui de Nonce apostolique ou de référent vaticaniste, c'est-à-dire de la Secrétairerie d’Etat, mais en première personne, du Pape même. Une Eglise appelée à faciliter la convivialité. L’attention à sa “mission religieuse” parce que c’est vraiment cela qui porte à la concorde entre les peuples et le fait qu’à chaque être humain soit reconnue la propre dignité comme fils de Dieu. L’action diplomatique du Saint Siège ne se contente pas d’observer les évènements de l’actualité ou d’en évaluer la portée, ni de rester seulement une ‘’voix critique’’. Elle est appelée à agir pour faciliter la coexistence et la convivialité entre les différentes nations, pour promouvoir cette fraternité entre les peuples où le terme de fraternité est synonyme de collaboration effective et de vraie collaboration ». Merci, Pape François ! Nous sommes avec toi, aide-nous à rencontrer et à aimer chaque jour Jésus, pour le témoigner avec la vie. Nous prions pour toi, pour que le Seigneur t’assiste avec sa grâce !

Ecris un commentaire
3 commentaires
18/03/2015 20:57:18 - Ercilde

Obrigada a Deus pelo lindo e indispensável presente a Igreja de Jesus Cristo na pessoa do Papa Francisco! A cada dia que passa, cativa mais e mais o coração de pessoas independente de sua religião pela divulgação de gestos e palavras carregas da misericórdia divina! O mundo tem fome e sede da MISERICÓRDIA! O Papa Francisco não só nos motiva a sermos misericordiosos mas aprendemos com seus jestos.... Que o Bom Deus lhe conceda muita saúde, santidade, amor e paz ao longo do seu pastoreio! Amém.

14/03/2015 11:06:22 - NUNZIA

RINGRAZIAMO IL SIGNORE PER AVERCI DATO IN PAPA FRANCESCO UN ESEMPIO D'UMILTA' E DI RADICALITA' PER SEGUIRE GESU' TESTIMONIANDO IL SUO AMORE NELLA SEMPLICITA' DEL QUOTIDIANO. ASSICURIAMO LA NOSTRA PREGHIERA, PERCHE' I SUOI CONSIGLI SIANO ACCOLTI CON CUORE LIBERO PER METTERLI IN PRATICA. IL SIGNORE LO CUSTODISCA. OGGI NELLE NOSTRE PARROCCHIE SIAMO UNITI IN PREGHIERA CON LUI "24 h PER IL SIGNORE".

13/03/2015 18:15:57 - sor zenaidé espinoza

Damos constantemente gracias a Dios porque en su providencia, nos ha regalado un Pontífice que a través de su palabra nos lanza desafíos y con su testimonio nos mueve al cambio para construir una Iglesia en camino. El Señor lo conserve para que siga animándonos a salir a las nuevas periferias de modo que, desde nuestro carisma, aportemos savia nueva a la Iglesia. Bendiciones Santo Padre, Francisco sor zenaidé


OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.