3e cours de formation pour promoteurs des Droits Humains de l`Afrique francophone

3e cours de formation pour promoteurs des Droits Humains de l`Afrique francophone Genêve (Suisse). Du 28 février au 11 Mars, s'est déroulé à Genêve, au Bureau des Droits humains del'IIMA , le 3 e cours de formation pour promoteurs des Droits Humains de l'IIMA et du VIDES, en collaboration avec le BICE.

Ce cours, qui fait suite au projet annuel commencé en Mars 2009, a été destiné à 10 éducateurs et à animatrices de l'Afrique Francofphone (cinq de I'IMA et du VIDES International et cinq du BICE) qui travaillent avec et pour les enfants en situations de risque. Les Pays bénéfiaciares du cours ont été : RDC, Mali, Madagascar, Côte d'Ivoire, Bénin, Congo Brazzaville, Togo.

Les déléguées de I'IIMA et du VIDES étaient Soeur Marie Antonietta Marchese (Bénin), Soeur Carine Akueson (Bénin), Soeur Lurhakwa Odile Karhini (République Démocratique du Congo), Soeur Nyangono Mvondo Michèle (Congo Brazzaville), Soeur Haingo Tiana Raharisoa (Madagascar).

L'objectif premier du projet était de créer des bases solides pour que les opérateurs des trois organisations puissent commencer, immédiatement après la formation, de fructueuses collaborations, en intégrant dans leurs activités l'approche des Droits Humains.

Le groupe des participantes de I'IIMA et du VIDES international a bénéficié de deux moments formatifs importants. Le premier, du 28 février au 4 Mars, a permis aux participantes de connaître les objectifs et les activités du Bureau des Droits Humains de I'IIMA, ainsi que les mécanismes de défense et de la promotion des droits surtout des enfants. La seconde partie de la formation, prévue conjointement avec les participants du BICE, s'est focalisée sur l'approfondissement du contenu de la Convention des droits de l'enfant, et en particulier du Droit à l'éducation, et sur le fonctionnement du Comité des Droits de l'Enfant. A cette occasion les participants ont eu l'opportunité de rencontrer quelques représentants du Haut Commissariat pour les Droits Humains, du NGO group de Genêve et du président de OIDEL.

Le cours de formation prévoyait, en outre, quelques instants de participation à la 13 e session du Conseil des Droits Humains. En particulier les FMA ont pris part à la session d'ouverture du Conseil ( High Level Segment , 1-3 Mars), à la présentation des rapports annuels de quelques procédures spéciales (8-9 Mars) et à la journée de la violence contre les enfants (10 Mars).

Enfin, le programme a prévu, deux événements parallèles ( Side event 8 et 11 Mars) au Palais des Nations où nos soeurs, en la présence des représentants des gouvernements respectifs, des experts des organismes internationaux et des membres des autres ONG, ont présenté des expériences et bonnes pratiques relatives à la réintégration dans la société et/ou à la réinsertion dans le contexte familial des enfants en difficulté.

Les premier Side Event, dont le titre est « Objectifs et but du droit à l'éducation des enfants à risque en Afrique : réintégration et/ou du reinseriion », sponsorisé par le haut Commissariat, s'est focalisé sur la République Démocratique du Congo, de Madagascar et du Mali.

Le second Événement Parallèle, «Le droit à l'éducation des filles en situation de precarité en Afrique» , sponsorisé par l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a porté l'attention sur le droit à l'éducation des jeunes filles en Côte d'Ivoire, au Bénin, en République du Congo et au Togo.

Le cours de formation a bénéficié de la très précieuse collaboration et conduite de l'ex Directeur de la Division, Opérations, Programmes et Recherche du Haut Commissariat pour les Droits Humains, de Maria Francisca Ize-Charrin, actuellement membre du Conseil d'Administration du VIDES International. 

Le support du Conseil Général a été bien exprimé par la présence de Soeur Marie Luisa Miranda, Conseillère pour la Famille Salésienne, présente à Genêve dans un des deux événements parallèles (8 Mars). Soeur Marie Luisa a exprimé sa grande satisfaction pour le travail réalisé par Soeur Marie Grazia Caputo (représentante permanente de I'IIMA et du VIDES International à Genêve) dans le Bureau des Droits Humains de I'IIMA qui a seulement deux ans d'activité.

Suivent quelques témoignages et commentaires

La représentante d'une ong : «Je vous remercie parce que dans ce side event vous avez `infiltré' l'espérance en faisant voir que ce qui semble impossible est au contraire possible, ce qui est fait dans un lieu déterminé devient un fait international qui donne espoir aux gens de l'Afrique mais aussi au monde entier».

Le représentant diplomatique de la Tunisie : «Ce qui se fait fait avancer les droits humains ».

Mgr. Tomasi, représentant du saint Siège : «Vous êtes comme un marteau qui poursuit infatigable son message qui donne de la vie parce qu'il met l'accent sur l'éducation».

Soeur Marie Antonietta Marchese a affirmé avoir reçu un très grand enrichissement suite à cette expérience, puisqu'elle a eu la possibilité de communiquer et d'encadrer son travail dans la perspective des droits humains. Elle a en outre la possibilité de connaître la signification du terme défenseur des droits humains, catégorie à laquelle ne savait pas appartenir.

Soeur Odile Karhini a réaffirmé la positivité de l'expérience et a communiqué son désir de transmettre ses nouvelles connaissances à ses consoeurs du Congo et aussi aux jeunes qui se montreront intéressés à apprendre. Elle s'engage en outre à intensifier son travail d'information et de sensibilisation des familles afin de prévenir les violations des droits de l'enfant.

Soeur Carine Akueson a apprécié l'opportunité d'apprendre le langage technique des Droits Humains et le fonctionnement des divers organismes qui composent le système des Nations Unies, mais aussi d'entrer en contact avec des réalités et problématiques d'autres pays. Elle trouve important d'avoir eu l'occasion d'interpréter la méthode préventive de don Bosco dans le cadre des droits humains.

Soeur Michèlle Nyangono Mvondo , a compris que ce cours de formation leur a offert des moyens pour mieux s'exprimer et expliquer son travail, mais en même temps pour approfondir et enrichir ses connaissances.

Daniel Charrin a déclaré avoir assisté à la rencontre de deux mondes : le témoignage du coeur et le monde du droit. Il a été en outre frappé profondément par les interventions des États qui donnaient de l'importance au droit à l'éducation de l'enfant.

Soeur Leonor Salazar , a affirmé que cette expérience a été une immersion dans l'humanité. Elle a appris de chacun, et tous ont été une lumière d'espérance parce que le bien fait à un seul enfant vaut les peine de tous les efforts

Suor Maria Grazia Caputo , a défini ces jours comme une expérience d'écoute, et elle a exprimé la sensation que dans la salle des Side Event , s'est vécu un partage non seulement de méthodologies et de pratiques, mais de bien. Elle a compris que le bien, s'il reste caché, est un péché : il faut le faire connaître, de façon à réussir à le multiplier. Et le faire est possible.

Ecris un commentaire
1 commento
26/03/2010 - Mayela Campos C

Felicitaciones, sembrar semillas de esperanza en la vida d eniños y niñas con la bandera de sus derechos es una acción de futuro en el hoy. Sigan adelante... con alegría veo que VIDES y IIMA han alargado su radio de acción. Saludos especiales a Maria Grazia y a Leonor desde Costa Rica.


OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.