XXI e Journée Mondiale des Droits de l’enfance et de l’adolescence

XXI e Journée Mondiale des Droits de l’enfance et de l’adolescence

La bonne nouvelle est que dans le monde les enfants au dessous de cinq ans ne meurent plus autant qu'il y a 20 ans. En 1994 les enfants qui mouraient pour des raisons prévisibles étaient 34 mille, en 2008 le nombre s'est réduit d'un tiers et les enfants qui ne sont pas arrivés à cinq ans ont été 22 000. Par exemple en 1974 en Afrique sub saharienne pour chaque 1000 enfant né vivant, 226 mouraient avant d'avoir cinq ans. Aujourd'hui il en meurt 129. En Asie en 1974 il en mourait 150, aujourd'hui sur mille naissances il n'en meurt plus que 50. En Amérique latine les progrès sont encore plus positifs : 23 enfants meurent alors qu'il y a 40 ans ils étaient 123. Selon le rapport de l'UNICEF sur la condition de vie de l'enfance dans le monde en 2011, le pays où l'on meurt le plus au-dessous de cinq ans est le Tchad, suivi de l'Afghanistan et de la République Démocratique du Congo.

La mauvaise nouvelle est que ces enfants, une fois devenus adolescents, risquent de toute façon de mourir précocement à cause du style de vie précaire. L'exemple du Brésil est frappant, où dans la décennie 1998 – 2008 sont morts 81 mille adolescents entre 15 et 18 ans. Selon le rapport 400 mille adolescents meurent chaque année par accident. Outre les accidents, les adolescents meurent à cause de maternités précoces, d'abus divers, d'exploitation et de changement de climat, qui mettent à dur épreuve les populations de la planète les plus pauvres où réside 80% des adolescents.

La pauvreté est un autre risque que courent les jeunes d'aujourd'hui et pas seulement dans les pays en voie de développement mais aussi dans les pays industrialisés où les mineurs ont été, et continuent d'être les principales victimes de la crise économique commencée en 2008. L'Espagne, le Portugal, l'Italie, la Pologne, la Grèce, l'Estonie et la Lituanie sont les pays d'Europe ayant le plus fort pourcentage de mineurs à risque de pauvreté, mais la situation n'est pas rose non plus pour les autres Etats membres de l'Union Européenne. Selon les données Eurostat en effet, un mineur sur cinq en Europe vit dans une famille à bas revenus, alors que les adultes à risque de pauvreté sont 14 % de la population. Cette différence souligne combien les plus petits continuent à être les plus en danger.

Un autre fait préoccupant est celui qui regarde l'augmentation des troubles mentaux et du comportement des jeunes. Si dans les dernières années la santé physique des enfants et des adolescents s'est notablement améliorée, la santé mentale est compromise pour un jeune sur cinq. La dépression est la cause de maladie la plus fréquente chez les jeunes entre 15 et 19 ans et le suicide est une des trois causes principales de mort chez les personnes entre 15 et 35 ans. La prévalence des troubles mentaux chez les adolescents est en augmentation dans les derniers 20 - 30 ans et cela selon les spécialistes est dû à la désagrégation des familles, à l'augmentation du chômage des jeunes et au manque d'éducation et de formation de la part des familles vis-à-vis de leurs propres enfants.

Chaque année en novembre, le monde célèbre la Journée Mondiale des Droits de l'enfance et de l'adolescence rappelant la date à laquelle la Convention Internationale des Droits de l'Enfance a été approuvée par l'Assemblée Générale des Nations Unies à New York en 1989. Vingt et un an sont passés depuis cette approbation de la Convention et de très grandes améliorations ont été réalisées en faveur des plus petits.

Mais pour sauvegarder les droits des adolescents la route à parcourir, faite de prévention, d'éducation et de soin, est encore longue.

Lucia Aversano

Ecris un commentaire
Il n'y a pas de commentaires pour cette entrée.
Soyez le premier à laisser un commentaire!

OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.