Une pauvreté qui enrichit

Une pauvreté qui enrichit Rome (Italie). « Il s’est fait pauvre pour nous enrichir avec sa pauvreté » (2 Cor 8,9) c’est le titre du Message du Saint Père pour le Carême 2014. Ce titre est une citation de la seconde Lettre de Saint Paul aux Corinthiens dans laquelle l’apôtre encourage les chrétiens à être généreux pour aider les fidèles de Jérusalem qui se trouvent dans le besoin.

« Dieu ne se révèle pas avec les moyens de la puissance et de la richesse du monde, mais avec ceux de la faiblesse et de la pauvreté ». C’est pourquoi l’Eglise, donc les chrétiens, en partant du Pape pour arriver au dernier fidèle, doit être comme le Christ qui « de riche qu’Il était, s’est fait pauvre pour vous, afin que vous deveniez riches par sa pauvreté » (2 Cor 8,9).
C’est cela le cœur du message du Pape François : être comme le Christ, non comme les Seigneurs du monde. Il n’y a pas de « princes » de l’Eglise, mais « des serviteurs » des fils de Dieu. Ce ne sont pas les splendeurs de la richesse humaine qui rendent crédible l’Evangile et aimables ses annonciateurs et leur Maître, mais d’autres splendeurs, beaucoup plus lumineuses, celles de la simplicité, de l’humilité, de l’accueil de ceux qui souffrent.  
Que dit aujourd’hui à nos communautés éducatives l’invitation à la pauvreté, à une vie pauvre dans le sens évangélique ? Quel est le style de Dieu ?
Dieu ne se révèle pas par les moyens de la puissance et de la richesse du monde, mais avec ceux de la faiblesse et de la pauvreté : « de riche qu’Il était, Il s’est fait pauvre pour nous… ». Le but de se faire le pauvre de Jésus n’est pas la pauvreté en soi, mais – dit Paul – « …pour que vous deveniez riche au moyen de sa pauvreté ». Ce n’est pas un jeu de mots, ni une expression qui fait de l’effet !

C’est la synthèse de la logique de Dieu, la logique de l’amour, la logique de l’Incarnation et de la Croix. C’est sa façon de nous aimer, de se faire proche de nous, comme le Bon Samaritain qui s’approche de cet homme laissé à moitié mort sur le bord de la route. Ce qui nous donne la vraie liberté, le vrai salut et le vrai bonheur c’est son amour de compassion, de tendresse et de partage. A l’imitation du Maître nous sommes appelés à regarder les misères de nos frères, à les toucher, à en prendre soin et à agir concrètement pour les soulager. La misère ne coïncide pas avec la pauvreté ; la misère est la pauvreté sans confiance, sans solidarité, sans espérance.
Une pauvreté donc, qui n’a pas de liens temporels ou d’antagonismes modernes : « En tout temps et en tout lieu – écrit le Pape François – Dieu continue à sauver les hommes et le monde au moyen de la pauvreté du Christ », ce style qui regarde aussi le témoignage personnel parce que « la richesse de Dieu ne peut pas passer à travers notre richesse mais toujours et seulement à travers notre pauvreté, personnelle et communautaire, animée par l’Esprit du Christ ». Un témoignage qui doit nous porter à nous pencher sur les misères, pour un engagement toujours plus intense qui « renforce l’attention et la responsabilité à l’égard de la misère humaine, pour devenir miséricordieux et opérateur de miséricorde ».

“Le carême est un temps adapté pour le dépouillement – conclut le Saint Père – et ce sera bien de nous demander de quoi nous pouvons nous priver dans le but d’aider et d’enrichir les autres avec notre pauvreté. N’oublions pas que la vraie pauvreté fait souffrir : un dépouillement sans cette dimension pénitentielle ne serait pas valide. Je me méfie de l’aumône qui ne coûte pas et qui ne fait pas souffrir ».

Nous voulons mettre à profit ses paroles et renouveler l’engagement afin que « cessent les violations de la dignité humaine, les discriminations et les injustices qui dans beaucoup de cas – dit encore le Pape – sont à l’origine de la misère » et c’est cela que nous devons combattre.

Ecris un commentaire
1 commento
06/03/2014 22:26:42 - sr.Iveta Sojková,fma

Vogliamo essere insieme ai giovani la casa che evangelizza con credebilitá e feconditá...una delle condizioni indispensabili per arrivare a questa meta é avere il cuore di Buon Samaritano che sa chinarsi sulle miserie dei fratelli. Signore, donaci il cuore che sa comuoversi e chinarsi sulle ferite dei fratelli, delle sorelle e liberaci dall´indiferenza.


OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.