Le Pape François rencontre l’Ecole

Le Pape François rencontre l’Ecole

Rome (Italie). Samedi 10 mai sur la Place Saint Pierre les écoles rencontreront le Pape François, une invitation à laquelle on ne pouvait répondre que par un grand oui ; un oui qui vient des enfants, des familles, des enseignants et de tout le personnel engagé depuis toujours dans un grand et important parcours, « un grand chantier ouvert » selon le Pape François, celui de la croissance humaine et spirituelle de nos enfants. L’école au centre depuis longtemps de discussions et de polémiques, s’unit devant le Saint Père pour retrouver cette force, cette foi et cette passion qui hélas parfois sont dépassées par la fatigue et les difficultés.

La journée veut être une rencontre, une fête, mais aussi un temps de réflexion, pour retrouver son propre parcours d’enseignants, de parents, de responsables, de dirigeants ou d’étudiants ; pour rappeler que l’éducation est fondamentale et que de l’école d’aujourd’hui  dépend l’avenir de demain, pour former des personnes non seulement riches de connaissances mais aussi de valeurs, de qualités, de mérites.
En reprenant les paroles de celui qui était alors le Cardinal Bergoglio, « Eduquer est en soi un acte d’espérance, non seulement on éduque pour construire un avenir, en pariant sur celui-ci, mais parce que le fait lui-même d’éduquer est traversé d’une perspective d’espérance ». (Cardinal Jorge Mario Bergoglio, Mensaje a las Comunidades Educativas, 23 aprile 2008).

“Si éduquer est possible et nécessaire, si cultiver l’humain vient avant le profit, si l’école est la frontière de la socialisation, nous ne pouvons pas faire semblant de rien”, affirma Mgr Nunzio Galantino, secrétaire général intérimaire de la CEI (Conférence Episcopale Italienne). Il rappelle comment “l’Eglise historiquement a toujours compris l’urgence de rester dans ce monde parce qu’elle sait par expérience que seulement des personnes libres et critiques peuvent construire  une société juste et ouverte » ; « Prendre soin de l’école » est donc selon l’Evêque « un devoir et une opportunité ». « C’est seulement en repartant de cette attention au parcours de chaque enfant - affirme-t-il – que se réalisera une communauté à la hauteur des défis que l’époque nous pose avec une vitesse pressante ». Nous sommes dans un processus de grandes transformations que l’école ne peut subir, c’est la raison pour laquelle l’école doit « se renouveler et se remotiver ».
  
Dans ces conditions la réalité de l’Ecole Salésienne adhère avec force et grande participation à l’évènement, évoquant à nouveau ces valeurs qui nous unissent dans le parcours éducatif. Un parcours qui a comme but la personne de demain et pour cela demande de « retisser les fils de l’école, c'est-à-dire celui des générations (enseignants et élèves), celui des responsables éducatifs (école, famille, Eglise), celui enfin des dynamiques sociales (école et travail) ».

C’est avec cet esprit que nous attendons la grande rencontre sur la place saint Pierre à laquelle sont invités à venir les élèves, les enseignants et les parents des Centres de Formation Professionnelle et de toutes les écoles, privées ou publiques de tous les ordres et de tous les niveaux.

Ecris un commentaire
1 commento
08/05/2014 06:55:32 - sr. anna tha

Solo adesso leggo questo messaggio, di ritorno dalla zona Phang-nga, dove il Vides Italia, Missioni Don Bosco, Missioni Diocesi Torino continuano a sostenere con adozione a distanza i bambini e loro famiglie gia' dall'anno del maremoto tsunami, 10 anni fa, attualmente molto diminuite. Anche per me, per noi qui in Thailandia e' una ottima opportunita' seguire lo svolgimento di questo incontro: "La Chiesa per la scuola, incontro con Papa Francesco". Penso subito ai numerosi bambini, giovani li' incontrati dal 1 al 5 maggio scorso, che col passare degli anni ancora non hanno una istruzione adeguata all'eta' e all'anno di frequenza, pur essendoci insegnanti locali. I positivo che genitori avvertano l'importanza dell'educazione/istruzione, ma nella maggioranza loro stessi non hanno cultura, per mancanza di frequenza scolastica alla loro giovane eta'. Ci facciamo unite in preghiera a Papa, Francesco e a tutti i partecipanti, tra cui non mancheranno certo le istituzioni educative/scolastiche delle FMA, affinche' si concretizzi la convinzione di ogni genitore, educatore, insegnante che «Educare è di per sé un atto di speranza, non solo perché si educa per costruire un futuro, scommettendo su di esso, ma perché il fatto stesso di educare è attraversato da una prospettiva di speranza». (Card. Jorge Mario Bergoglio, Mensaje a las Comunidades Educativas, 23 aprile 2008). La Vergine Madre nostra Ausiliatrice continui ad esserci Maestra e Guida.


OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione, ma solo cookie tecnici e/o per il monitoraggio degli accessi. Se vuoi saperne di più clicca qui. Cliccando sul pulsante OK presti il consenso all'uso di tutti i cookie.